Cheval détente : comment faire une détente en dressage ?

Le cheval a toujours besoin d’une détente avec une épreuve. La détente est la phase d’assouplissement et d’échauffement musculaire du cheval. Elle précède toute séance de travail et chaque épreuve en compétition. C’est essentiel car c’est aussi le moment où tu instaures la communication avec ton cheval par l’intermédiaire de tes aides. Elle te permet de sentir dans quelles dispositions physiques et psychiques se trouve ta monture. Elle permet aussi à ton cheval de se concentrer. La détente sert donc à préparer et à adapter ton cheval, si nécessaire, la séance qui suivra. 

Il est important de noter que chaque cheval a besoin d’une détente différente en fonction de son âge, son niveau d’entrainement, sa discipline de prédilection, son tempérament et sa conformation. Bien évidemment, la saison, elle aussi, aura son importance. Une détente en temps froid ne sera pas la même que l’été durant de fortes chaleurs.

Par ailleurs, il est préférable de suivre une certaine routine et d’avoir en tête quelques détentes ‘types’. Tu les utiliseras avant chaque séance, mais aussi avant chaque compétition. En effet, les chevaux sont des créatures d’habitude et cette routine leur permettra de retrouver des repères, de les rassurer et de les aider à se concentrer. Et c’est d’autant plus important dans un environnement stressant comme celui d’un concours.

Par ailleurs, certains chevaux peuvent aussi avoir besoin de galoper avant de trotter. En effet, le galop est une allure basculée. Elle provoque plus de mouvement de flexion et d’extension du dos, ce qui le mobilise et échauffe les muscles plus en douceur. Le trot qui, lui, est une allure sautée est plus traumatisant à froid. Commence toujours à galoper du côté où ton cheval est plus à l’aise. Par contre, ne néglige pas non plus son côté plus raide.
 
En pratique, si ton cheval sort de son box, il est essentiel de marcher au pas au moins 10 minutes sur des rênes longues ou lâches, voire même de marcher tout d’abord en main 5 minutes, puis en selle à nouveau 5 à 10 minutes. N’hésite pas à rester au trot enlevé et à galoper en suspension pour commencer. Cela soulagera le dos de ton cheval. 

Les deux principes de base sur lesquels se concentrer durant une détente avec ton cheval sont la décontraction et la réactivité. Commence toujours dans des allures de travail détendues, et non rassemblées, pour encourager l’impulsion et le mouvement en avant. Et reste très attentif à la réactivité de ton cheval à tes aides.

Plus concrètement, tu pourras incorporer des flexions, incurvations et contre-incurvations sur de larges lignes courbes. Tu les rétréciras progressivement, des changements de main et des serpentines afin d’assouplir et d’échauffer ta monture graduellement. Les transitions entre allures et dans les allures sont elles aussi primordiales. Carl Hester, le grand champion de dressage britannique, conseille d’ailleurs d’en pratiquer près d’une centaine par séance ! Demande des transitions ascendantes et descendantes depuis toutes les allures en t’assurant que ton cheval ne précipite pas et qu’il ne se traverse pas. C’est ainsi qu’il va se cadencer et s’équilibrer.

Il est aussi très utile de mobiliser les épaules et les hanches avec des assouplissements simples, tels que de légères épaules en dedans ou de très longues cessions à la jambe en privilégiant toujours le mouvement vers l’avant au mouvement latéral. Alterne bien sûr de chaque côté pour travailler ton cheval de façon symétrique. Tu peux aussi inclure un peu de galop à faux pour compléter cela. Et n’oublie pas de récompenser souvent et de faire des pauses !

En outre, certains chevaux auront besoin de conserver de l’énergie et ne pas trop se fatiguer avant une reprise, alors que d’autres, au contraire, doivent se défouler pour pouvoir rester calmes et concentrés. Seule l’expérience du cavalier pourra déterminer comment adapter la durée et l’intensité de la détente à sa monture.

Pour finir, dans le cadre d’une détente de ton cheval avant une reprise de dressage, pratique certains mouvements, mais pas la reprise entière. Et n’oublie pas de travailler aussi quelques arrêts et de prévoir comment utiliser le temps que tu auras avant ton entrée sur le carré de dressage. Une préparation bien planifiée t’aidera à garder la tête froide. 

Rappelle-toi aussi qu’en compétition, la détente n’est plus le moment de régler les problèmes mais plutôt de vous mettre, toi et ton cheval, dans les meilleures conditions possibles pour présenter la reprise. 

As-tu déjà rencontré des problèmes pour faire ta détente avec ton cheval ? Laisse-moi un commentaire ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page